Le projet Erasmus + « Triangle » part du constat selon lequel la formation initiale organisée dans de nombreux pays ne répond pas aux nouvelles exigences du métier d’accueillir des enfants. Est particulièrement pointé le manque de cohérence entre les pratiques éducatives et de soin enseignées, les pratiques attendues sur le terrain par les structures d’accueil et celles préconisées par les organisations de référence.

L’objectif du projet est de générer, par la participation à des mobilités transnationales la transformation conjointe de professionnels issus :

1) D’organismes de référence, d’accompagnement et/ou de conseil

2) D’établissements d’enseignement/de formation des/aux métiers de l’accueil des enfants et

3) De services, milieux et opérateurs d’accueil

Ils seront invités à vivre, à un niveau international, des échanges avec leurs homologues étrangers/avec d’autres types de professionnels étrangers, eux aussi impliqués dans la filière professionnelle « accueil des enfants ».

Les objectifs de travail auront été négociés en amont et viseront la co-construction par les participants aux mobilités d’une identité de « professionnel de l’accueil des enfants » commune/partagée entre acteurs de la filière ou, en d’autres termes, la co-construction d’une vision partagée des compétences attendues des professionnels de l’accueil.

Cette transformation est orientée vers une meilleure prise en compte, chacun dans sa sphère de compétences (l’accompagnement – l’enseignement/la formation – l’accueil quotidien des enfants et familles) des enjeux à rencontrer pour un accueil de qualité tels que définis dans le « Code européen de qualité de l’accueil ».

 

Lors de chaque mobilité, des professionnel-le-s volontaires issus de Belgique, France, Italie et Suisse réaliseront ensemble les activités suivantes :

1) Des visites de services, milieux et opérateurs d’accueil ;

2) Des échanges sur ce qui fait sens pour les acteurs concernés et transcende les contextes nationaux et les identités professionnelles, mais aussi sur les points de rupture de la cohérence entre pratiques enseignées, pratiques mises en œuvre sur le terrain et pratiques attendues (dans chaque contexte national et au niveau transnational) et comment y remédier. Comment chacun peut, de là où il se situe, contribuer au renforcement de la cohérence nécessaire à un accueil de qualité

3) Des prises de données/élaboration de traces permettant de documenter le processus de transformation conjointe à l’œuvre.

Chaque partenaire vivra le double mouvement d’accueillir et d’être accueilli.

L’enjeu du projet est donc un renforcement de l’adéquation entre les pratiques éducatives et de soin mises en œuvre par les professionnel-le-s de l’accueil et les besoins des enfants et des familles, reconnus dans leur diversité et leur complexité. En effet, les métiers de l’enfance appellent des connaissances et des compétences multiples, induites par les orientations prises en matière d’accueil en Europe, infléchies par des enjeux sociétaux qu’il s’agit de rencontrer (inclusion, diversité des formes familiales, pauvreté,…). Le travail avec les familles – toutes les familles -, le travail en équipe, l’inscription dans le réseau, l’accueil des stagiaires, … complexifient ces métiers qu’il faut dès lors asseoir sur un terreau formatif solide.

Grâce à ce projet, les voyageurs/euses, portés par la force du groupe/la décentration, deviendront ambassadeurs dans leur contexte local/national des résultats obtenus au niveau international via des plateformes territoriales qui se réuniront à intervalles réguliers dans chaque zone concernée, constituant ainsi des espaces de transfert/de dissémination des apprentissages. Elles seront le lieu de la poursuite de la construction, au niveau local, de la cohérence décrite ci-dessus.